Quel statut faut-il avoir pour être mandataire immobilier ?

Le métier de mandataire immobilier est pratiqué par un bon nombre de personnes. Pour l’exercer, seuls votre détermination et votre talent seront mis à l’épreuve. Cependant, quel statut devriez-vous avoir pour être mandataire immobilier ? À travers cet article, trouvez-y des éléments de réponses.

Notion de mandataire immobilier

Le mandataire immobilier est un professionnel de l’immobilier. Il sert d’intermédiaire dans le cadre des opérations de location ou d’achat et de vente de biens immobiliers. Souvent, il est : appelé conseiller, négociateur, consultant immobilier ou encore agent commercial indépendant en immobilier. Aussi, il travaille seul, ou est, affilié à un réseau. En outre, il collabore avec un mandant détenteur de la carte professionnelle, comme une agence immobilière. De plus, le mandataire immobilier est : inscrit auprès du Registre Spécial des Agents Commerciaux.

Lire également : Les meilleures tactiques pour investir dans l'immobilier à court terme

Par ailleurs, le métier de mandataire immobilier se rapproche de celui de l’agent immobilier. Toutefois, il existe des nuances entre ces deux professions. La première différence est liée à la détention de carte professionnelle par l’agent immobilier. Quant à la seconde, elle est relative à leur statut. Car l’agent immobilier est un salarié et l’autre est un indépendant.

A découvrir également : Les tendances du marché des SCPI à connaître absolument

Quel statut obtenir pour être un mandataire immobilier ?

Pour exercer le métier de mandataire immobilier, deux statuts se présentent à vous selon le cas.

Le statut de micro-entrepreneur ou d’auto-entrepreneur

C’est le statut le plus recommandé lorsque vous démarrez avec la profession de mandataire immobilier. Soulignons que c’est un statut vraiment temporaire, souvent idéal pour deux années. De ce fait, vous êtes une personne physique, exerçant la profession d’agent commercial. Ce choix de statut vous permet de mieux gérer votre fiscalité. En outre, votre chiffre d’affaires est : plafonné à 70.000 euros au maximum. Par ailleurs, vous pouvez coupler ce statut avec le chômage. Car, aujourd’hui beaucoup de mandataires immobiliers touchent au pôle emploi. Et grâce à ce statut d’auto-entrepreneur, vous pouvez continuer de toucher au pôle emploi pendant la durée de votre droit. Aussi Grâce à l’ACRE, vous pourrez payer très peu de charges sociales pendant vos 2 premières années.

Le statut de EIRL (Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée)

Vous pouvez basculer en EIRL lorsque vous avez déjà fait vos preuves en statut de micro-entrepreneur. À travers ce statut, vous devez distinguer le patrimoine personnel de celui de l’entreprise. Ainsi, il n’y aura pas de saisie au niveau de votre patrimoine personnel. C’est en effet, une manière de protéger votre famille. De plus, avec ce statut, il est : conseillé de prendre un comptable pour la gestion des charges. Aussi, vous êtes assujettis à la TVA. Certes, vous allez dépenser en recrutant un comptable mais ce dernier pourra vous aider à faire des chiffres.

Les avantages et inconvénients des différents statuts pour un mandataire immobilier

Choisir un statut pour devenir mandataire immobilier n'est pas une tâche facile, car chaque option a ses avantages et ses inconvénients. En fonction de votre situation personnelle, vous devez faire le meilleur choix.

• Côté avantages, ce régime est très simple à mettre en place et permet aux débutants dans la profession immobilière de se lancer avec peu d'investissement financier. Vous pouvez aussi bénéficier du versement libératoire de l’impôt sur le revenu ainsi que de l'exonération temporaire des charges sociales grâce à ACRE.
• Côté inconvénients, vous êtes limité par un plafond annuel, et si vous dépassez vos recettes supérieures au seuil défini par la loi, cela vous oblige à basculer obligatoirement vers un autre statut juridique. Cela peut être difficile pour trouver des financements auprès des établissements bancaires car ils considèrent souvent ce statut comme précaire.

• Côté avantages, c’est un mode d’exercice qui offre une séparation entre votre patrimoine personnel et professionnel. Il offre aussi une image plus professionnelle pour les clients et partenaires financiers. Le statut EIRL permet de bénéficier d’un régime fiscal simplifié.
• Côté inconvénients, l'exercice du métier en tant qu’EIRL implique des formalités administratives importantes et peut s'avérer complexe dans la mesure où vous devez gérer votre situation professionnelle et personnelle.

Les démarches à suivre pour obtenir le statut de mandataire immobilier

Maintenant que vous avez choisi le statut juridique qui convient le mieux à votre situation, pensez à bien souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle (RC Pro). Cette assurance protégera contre les dommages éventuels causés à vos clients dans le cadre professionnel. Il peut aussi être judicieux d'envisager des assurances complémentaires telles qu'une protection juridique ou une garantie financière en cas de défaillance économique, par exemple.

Pour exercer en tant que mandataire immobilier, il faut avant tout bien choisir son statut juridique, puis réaliser les différentes démarches administratives auprès du RCS et du RSAC, ainsi que souscrire une assurance RC Pro. Pensez à bien respecter chaque étape pour exercer en toute légalité et en toute sécurité.