Qui choisit le syndic de l'immeuble ?

La vie en communauté impose le respect de certaines règles. De ce fait, lorsque vous vivez en copropriétés, le syndic est là pour veiller à la bonne cohabitation des copropriétaires. Toutefois, il importe de savoir qui choisit le syndic d’un immeuble ? Pour cela, cet article nous apportera des éléments de réponses.

À qui revient le choix du syndic d’un immeuble ?

Dès qu’un immeuble est : mis sous le régime de la copropriété, la nomination d’un syndic est obligatoire. Ainsi, les copropriétaires doivent choisir un syndic qui répond aux besoins de leur copropriété. Lorsqu’il s’agit d’un immeuble neuf, seul le promoteur peut désigner le syndic. Dans ce contexte, il s’agit d’un syndic provisoire. Par la suite, les copropriétaires désignent un syndic lors de la première Assemblée Générale. Par ailleurs, cette nomination peut aussi être décidée par un juge. Et ce, à la requête de tout tiers y ayant un intérêt. Cependant, choisir un syndic est fonction de plusieurs facteurs et des besoins de la copropriété. Le premier est le type de gestion vers laquelle se diriger. La seconde est de prendre la bonne décision en choisissant le syndic adéquat.

A voir aussi : Comment déclarer vos revenus LMNP?

Soulignons que toute nomination, ou changement ou renouvellement du mandat d’un syndic, se fait toujours en Assemblée Générale. Aussi, l’Assemblée Générale est : constituée par chaque copropriétaire de l’immeuble. De plus le syndic reste indispensable au sein de la copropriété.

Quels sont les différents types de syndic ?

En fonction des facteurs, un syndic particulier est mis sur pied.

A lire également : Comment réclamer un loyer impayé ?

La gestion bénévole

La gestion d’un petit immeuble peut-être totalement différent de celle d’un très grand immeuble.  Ainsi, une petite copropriété n’a pas besoin d’une gestion complète comme le proposent de nombreux syndics traditionnels. Pour ce faire, vous trouverez des syndics qui proposent des prix et des services adaptés à ce type de copropriété.

En revanche cette gestion peut présenter d’éventuelles lacunes techniques, administratives, comptables et des manquements préjudiciables.

La gestion bénévole

Un seul copropriétaire peut légalement s’occuper de la gestion d’une copropriété. Il est donc syndic bénévole. Aussi, l’avantage de ce type de gestion est avant tout économique. En effet, cela permet de limiter les coûts et d’éviter les honoraires parfois coûteux qu’un syndic professionnel pourrait facturer. En revanche, cette gestion peut être, confrontée à d’éventuelles lacunes quant aux connaissances techniques, administratives ou des conflits d’intérêt.

Les syndics professionnels dits traditionnels

Ce type de syndic est désigné par les copropriétaires en Assemblée Générale. Aussi, il s’occupe de la gestion complète de la vie en copropriété. De plus, il présente l’avantage de s’occuper de la gestion de A à Z. Et les copropriétaires n’auront rien à prendre en charge. Cependant, son coût peut s’avérer très élevé.